Welcome to Hell for 3 Weeks

Pendant le Jury - © copyrights some[wh]air Brussels June 2011

Photoshop, Lightroom, Illustrator, Indesign constamment ouverts. Créer, sauvegarder, exporter. Se tromper de format, de profil couleur, péter un plomb. Travailler, vectoriser pendant des heures, voir son ordinateur planter. Se rendre compte qu'on a rien sauvegardé. Et repéter un plomb. Fumer. Dessiner alors qu'on ne sait pas le faire, scanner, 1200dpi, retoucher, enregistrer sous. Créer des nouveaux dossiers "à trier" dans le dossier "à classer", ne plus trouver son fichier, paniquer et crier. Boire du café, du café et oublier de manger à des heures correctes. Fumer. Se regarder dans le miroir et arrêter de lutter contre l'état des cheveux et de la peau déplorable. Imprimer, oublier des fichiers, couper, payer, payer très cher, couper, pleurer sur sa maladresse, et criser. Coller tout sauf la maquette mais le doigts, monter, observer et se rendre compte des erreurs, et pleurer. Montrer aux profs, se faire démonter, recommencer à zéro, haïr la terre entière, fumer, et péter un plomb pour la 42ème fois de la journée. Regarder le lit et lui dire qu'il nous manque, qu'on aimerait le retrouver plus de 2h. Convertir correctement, exporter correctement, et assembler correctement. Chercher une clé USB au milieu des tas de feuilles, pleurer encore un petit coup avant d'aller imprimer pour la dixième fois depuis le début du jury. Remercier ses amis qui vous aident, pleurer d'émotion, et remercier encore de tout cœur. Surveiller l'heure, se dire qu'on devrait se dépêcher avant la fermeture de l'imprimerie. Fumer. Et se tromper dans les fichiers. S'énerver, insulter son ordinateur, lui demander constamment "mais c'est quoi ton problème ?!". Fumer. Stresser de ne pas finir à temps, s'endormir sur le clavier, et un peu partout dès que le corps nous lâche. Faire de la merde, parce que le cerveau ne fonctionne plus, en être conscient et ne pas pouvoir faire mieux. Fumer. Et péter un plomb pour la route. Craquer, dire n'importe quoi, rire sur une bouteille de Coca, pleurer sur un dixième de millimètre de feuille mal coupé, alerter les gens de gogoles, poser des questions stupides, et se rendre compte par la suite. Préparer les fichiers, stresser. Afficher, regarder, et douter pour la millième fois. Se dire qu'on aurait dû. Qu'on aurait pu... Et se dire finalement "à quoi bon ?". Prendre des décisions et des résolutions et ne pas pouvoir les tenir. Faire des programmes qui ne seront jamais respectés. Ne plus répondre à aucun mail, en se disant que les gens comprendront. Faire dix milles listes pour être sûre qu'on a rien oublié. Et vider le énième paquet de cigarettes. 3 semaines où on se rend plus compte de rien, 3 semaines où on devient un zombie, 3 semaines de stress, de crises de nerf, de remise en questions, de larmes inexpliquées. Attendre dans le couloir pendant des heures, attendre les réactions des profs, des proches, et surtout du Jury. Expliquer ses projets, se défendre, sentir son cœur battre à mille à l'heure à chaque faute d'expression. Sortir après un quart d'heure. Se dire que normalement ça a été, aller fumer une cigarette, et se dire "tout ça pour ça, finalement". Dormir toute habillée, se réveiller et se rendre compte enfin que c'est fini réellement. Jeter dans la corbeille tout ce qui est devenu inutile, la vider. Sentir la fatigue. Une grosse. Mais celle dont on est fière. D'être aller jusqu'au bout. Se dire "l'année prochaine ça va être pire". Et sourire finalement. Voilà comment en graphisme on vit cette période de fin d'année. On peut le dire. On est complètement maso d'avoir choisi des études pareilles...

4 commentaires:

Eilwen a dit…

Un texte tellement juste, que j'en pleurerais presque. Sachant que c'est ce qui m'attend dans une semaine, je ne peux que comprendre chacune de ces phrases, les pleurs, le stress, le lit qui te manque plus que jamais, la présentation du projet.
Pfiou. C'est bientôt finis. Je suis contente que ça se soit bien passé pour toi en tout cas. C'est toujours mérité, quand on bosse autant.

Non mais vraiment, je confirme, on est complétement maso d'avoir choisis des études pareilles.

somewhair a dit…

> Eilwen : Courage ! Encore une semaine et tu connaitras la délivrance, et la fierté sera grande quand tu verras tous tes boulots assemblés et présentés ;)

Oui, on aime se faire du mal. Et je crois qu'on ne se rend vraiment compte de ça que quand on fait ce genre d'études.

Clara a dit…

Je me sens comprise, sauf pour les cigarettes =p Pleurer de hoie, de rage, de stress, de fatigue, ...
J'ai pas fait mon jury final en photo parce que je savais que je doublais, me sentais pas prète et ne voulais pas me faire rabaisser une fois de plus =/ =$

somewhair a dit…

> Clara : Oui faut jamais commencer la cigarette ! C'est mal ! (Dit-elle avec une cloppe au bec). J'ai enfin répondu à ton mail, donc je t'ai ce que j'en pensais de tout ça ;)